La Grande Sassière en raquettes

Rocher de Bellevarde, Val d'Isère

Les premières neiges sont tombées il y a déjà plusieurs semaines, la saison hivernale est donc arrivée ! En week-end à Val d’Isère, une balade familiale s’organise les pieds dans la neige. On abandonne les chaussures de randonnée et on chausse les raquettes, direction la croix du Villaret dans la réserve de la Grande Sassière.

Les pentes enneigées, un nouveau terrain de randonnée

Peu habituée à marcher avec des raquettes, les premiers mètres sont chaotiques, les chevilles qui se tordent dans tous les sens, j’ai l’impression de ressembler aux oies dans les Aristochats. Puis je me fais à ce nouveau mode de marche et je prends enfin plaisir après de multiples essais les années passées. Quelques mètres et une hermine au pelage d’été déboule sur la neige, espérant passer inaperçue à travers tout ce bruit que procurent nos raquettes sur la neige crissante. Plus loin, ce sont deux chevreuils qui font leur apparition à travers les pans enneigés.

Randonnée en raquettes à Tignes

Randonnée en raquettes à la Sassière

Après une bonne demi-heure de marche, les premiers rois de la montagne font leur apparition. Perchés sur les crêtes qui surplombent le paysage, trois chamois nous observent avec curiosité déambuler sur le sentier. Quelques instants passent et ils disparaissent derrière la montagne. Mais quelques mètres plus loin, nous découvrons leur harde, composée de jeunes et de femelles. Ils semblent tous nous observer, dans l’attente d’un mouvement de notre part. Certains prennent la fuite pour rejoindre la harde, les jeunes se poursuivent… Ils finissent par s’éloigner. Mais d’autres apparaissent plus loin !

Chamois dans la réserve de la Grande Sassière

Panorama à la croix du Villaret

Nous terminons notre ascension vers la croix du Villaret qui ne se trouve plus qu’à quelques mètres de nous. La vue est juste magnifique. Le lac du Chevril paraît si calme, des reflets argentés sur ses flots. Dans la vallée avaline, le soleil perce à travers les épais nuages et révèle toute l’hostilité du rocher de Bellevarde, les montagnes blanches si apaisantes et pourtant si imposantes… Les nuages évoluent dans le ciel comme de fins cotons.

Réserve naturelle de la Grande Sassière, Savoie

La croix du Villaret qui surplmobe le lac Chevril, et Tignes dans le fond de la vallée en face

Nous reprenons notre chemin à travers une petite vallée pour rejoindre notre point de pique-nique sur un ancien chalet abandonné. Nous croisons de nouveau des chamois qui semblent suivre notre progression de loin. Nouvel arrêt pour l’observation.

Randonnée dans la réserve de la Grande Sassière

Des chamois par centaines

Des ruines semblent figées dans le temps et dans la neige. Puis plus loin, les chamois et leurs petits semblent avoir arrêtés leur chemin pour finalement jouer dans la neige et les rocailles… Dans la brume, sur la crête, de grandes cornes se dressent sur une masse majestueuse. Le bouquetin de ses lieux se joint aux chamois, comme s’il veillait sur eux.

Chalets abandonnés à la Sassière

Randonnée en raquette en SAvoie

Chamois et bouquetin, Réserve de la Grande Sassière

Nous continuons notre chemin les pieds dans la neige, à travers les traces fraîches des chamois qui cavalaient dans la plaine quelques minutes auparavant, et nous atteignons notre point de pique-nique.
Au fond de la réserve, le glacier de la Tsanteleina, imposant par la raideur de ses parois et pourtant apaisant par son manteau blanc.

Randonnée en hiver à la SAssière

Glacier de la Sassière et de la Tsanteleina

Sur les flancs de montagne derrière les ruines, une trentaine de chamois nous scrute. Après quelques minutes de face à face dans une immobilité parfaite, la harde reprend ses activités et nous ignore. Je profite de ses quelques instants de calme et de rencontre pour capturer ces rois de la montagne. Ils sont des dizaines et des dizaines, ils sont si nombreux que c’est impossible de les compter.

Chamois en hiver à la SAssière

Jeunes chamois et leur mère, Tignes

Harde de chamois en Savoie

Alors que nous profitons de notre pique-nique, le temps se gâte. Une guerre débute entre le soleil et les nuages menaçants pour savoir qui aura le dernier mot. Le rendu est fabuleux vu d’ici, comme l’impression d’être dans un autre monde, coupé de tout, dans un silence total.

Réserve de la Sassière en hiver, randonnée en raquette

Retour à la réalité

Nous rechaussons les raquettes, reprenons nos sacs et commençons à redescendre en passant par les chalets de la Sassière en contrebas du barrage. La descente se fait plus rapide, mais de manière plus amusante. Un peu de poudreuse nous suffit pour nous amuser à glisser le long des pentes, et prendre quelques gamelles (non non pas moi…).

Barrage de la Sassière

Le temps se couvre et ne nous permet plus de voir les derniers chamois qui gambadent. Un deuxième bouquetin semble pourtant être passé sous la mer de nuages pour brouter tranquillement. Nous l’observons quelques minutes puis repartons définitivement vers le village du Villaret.

Barrage de la Sassière en hiver


Récap’ de la randonnée coup de cœur ♥

Départ : village du Villaret
Difficulté : Facile
Durée : 2h30 (sans s’arrêter pour observer les chamois et manger, sinon compter 4h)
Points forts : une randonnée qui regorge de faune à observer (chamois, bouquetins, chevreuils,
hermines, gypaète), assez facile, belle vue sur le lac du Chevril et sur le glacier de la Tsanteleina

Réserve de la Sassière sous la neige


Pour garder tout ça, hop sur Pinterest ;)

INSTAGRAM FEED

@juliette.rbr